Les banques françaises recrutent des spécialistes commodities à Genève

eFC logo

La Société Générale a décidé d'implanter à Genève une filiale spécialisée dans les matières premières. Au total, l'équipe comptera une vingtaine de collaborateurs en fin d'année , indique Dominique Beretti, responsable mondial adjoint des ressources naturelles et énergétiques de SG CIB (Agefi Hebdo).

Elle rejoint ainsi BNP Paribas et Crédit Agricole qui, dans la cité de Calvin, caracolent en tête sur le marché du financement des matières premières, devant Credit Suisse, ING ou UBS. Avec 400 spécialistes, BNP Paribas est en effet le premier intervenant du marché genevois. Chez Credit Agricole, si les produits structurés (principalement du financement export) sont montés à Londres, Genève joue un rôle central dans le dispositif de la banque verte, qui emploie 110 spécialistes sur place.

Pourquoi Genève ? La cause est historique. Elle est liée à la stabilité juridique, économique et politique de la Suisse et à la solidité de son système bancaire, explique Pierre Glauser, directeur général de la ligne métier Financement transactionnel de matières premières chez CA CIB. Depuis le début des années 90, le rythme s'est accéléré et Genève accueille aujourd'hui un nombre considérable de sociétés de trading et de shipping. Elle est reconnue comme l'une des premières places mondiales du financement des matières premières .

Recrutements diversifiés

Traders, analystes, comptables, middle-officers : les besoins en spécialistes du trade & commodity finance sont bien réels. Selon la Geneva Trading and Shipping Association (GTSA), le nombre d'emplois dans le négoce a presque doublé en vingt ans à Genève où travaillent désormais 6 500 personnes réparties au sein de 400 sociétés de courtage et des dizaines de bureaux de fiscalistes, armateurs, de cabinets d'audits et de banques. Conséquence : le marché de l'emploi est aujourd'hui très tendu. L'embauche au sein de sociétés de trading de matières premières en Suisse s'est accélérée récemment. Ils sont cependant de plus en plus en quête de talents plus sophistiqués, plutôt que de purs flow traders , constate Guy de Brabois, country manager chez Robert Walters en Suisse.

Car ne travaille pas qui veut dans les commodities à Genève. Il faut d'excellentes compétences linguistiques en anglais et en français et si possible une expérience internationale. Un séjour en Afrique pourra être valorisé. Dans certaines entreprises, ce sera un plus , souligne Julie Guittard, responsable de l'activité banques, sociétés financières et trading du cabinet Page Personnel (Le Temps.ch).

Si jusqu'à présent, dans les banques françaises présentes à Genève, les recrutements avaient surtout lieu en interne, ce n'est plus vraiment le cas actuellement. Il y a aujourd'hui des besoins très importants en traders et en banquiers. Comme le marché est trop étroit, la solution est d'aller chercher un candidat de l'autre côté de la rue ou ailleurs , explique Jacques-Olivier Thomann, responsable de l'activité de financement des matières premières chez BNP Paribas en Suisse. Vous voilà prévenus...

Close
Loading...
Loading...