Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs
SocGen, condamnée à verser 455.000 euros à Jérôme Kerviel, va faire appel

Jérôme Kerviel très content du verdict des prud'hommes, la SocGen nettement moins...

C'est ce mardi que le conseil des prud'hommes de Paris devait se prononcer sur la requête déposée par Jérôme Kerviel pour obtenir la requalification de son 'licenciement pour faute lourde' en 'licenciement sans cause réelle et sérieuse' et dans des conditions 'vexatoires'. Des arguments qui ont été retenus par les prud’hommes qui condamnent la Société générale à payer plus de 455.000 euros à son ex-trader.

En déposant sa requête, Jérôme Kerviel entendait obtenir une allocation de dommages et intérêts de 4,9 milliards d'euros pour le préjudice personnel que lui a fait subir ce licenciement. Résultat des courses : si les juges ne lui ont pas accordé la somme demandée, l'ex-trader obtient tout de même plus de 455.000 euros, soit un millième de la somme réclamée.

Sortez vos calculettes !

Dans le détail, d'après L'Express, l'ex-trader a obtenu 300.000 euros de bonus pour 2007, les prud'hommes ayant jugé qu’à l'époque la banque était « parfaitement au courant des opérations fictives » de M. Kerviel, qui ont généré des profits pour le groupe. A cela viennnent s'ajouter 100.000 euros de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, 20.000 euros de dommages et intérêts pour conditions vexatoires, 18083,32 euros d'indemnités compensatrices de préavis, 1.808,33 euros de congés payés sur préavis, 13.609,23 euros d'indemnités conventionnelles de licenciement, et 2.000 euros au titre de l'article 700.

Pour couronner le tout, les prud'hommes condamnent en outre la SocGen à verser 5.000 euros à Pôle emploi pour les indemnités chômage versées à Jérôme Kerviel. Sur ce montant global qui s'élève à quelque 455.000 euros, plus de 80.000 euros sont payables immédiatement selon Julien Dami Lecoz, l’un des avocats de Kerviel qui, cité dans Le Monde, ajoute que son client est « très content » de cette décision.

Le bras de fer n'est pas fini...

La banque de la Défense n'entend pas en rester là. Le verdict rendu, elle a aussitôt annoncé par la voix de son avocat Arnaud Chualet faire appel contre cette décision qu'elle juge «scandaleuse», rappelant que Jérôme Kerviel avait été reconnu coupable au plan pénal pour des manoeuvres boursières frauduleuses. Le bras de fer qui oppose depuis huit ans l'ex-trader à la banque n'est donc pas fini.

D'autant plus que, comme le rappellent Les Echos, ce volet de l'affaire est en parallèle d'une partie civile du conflit qui oppose la banque et son ex-salarié. Condamné à verser la somme qu'il a fait perdre à la Société Générale (4,9 milliards d'euros), Jérôme Kerviel a fait appel. Cet autre procès débutera le 15 juin. Jérôme Kerviel n'a donc pas fini de faire parler de lui ce mois-ci d'autant plus qu'un biopic qui lui est consacré sortira en salles le 22 juin.

Bravo à mes avocats! @DavidKoubbi Benoît Pruvost et Julien Dami le Coz.

Le combat continue encore et toujours... jusqu'à la fin.#Increvables

— Kerviel Jérôme (@kerviel_j) 7 juin 2016

author-card-avatar
AUTEURThierry Iochem Editeur France

Postulez dès maintenant

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
Les dernières offres d'emploi
State Street Corporation
Business Analyst Performance and Reporting, Officer
State Street Corporation
Paris, France
State Street Corporation
Chargé de Middle Office (Asset Servicing)
State Street Corporation
Puteaux, France
ADD UP
Business Analyste Loan IQ
ADD UP
Paris, France
ADD UP
Gestionnaire Trade Finance
ADD UP
Paris, France
Lamarck Finance
Consultant Analyste Risque de Marché H/F
Lamarck Finance
Paris, France
42 Consulting
Business Analyst CALYPSO
42 Consulting
Paris, France