Mes collègues ont acheté des Ferrari. Quelle erreur

eFC logo
Mes collègues ont acheté des Ferrari. Quelle erreur

Si vous travaillez dans le secteur bancaire, j'ai de la sagesse à vous faire partager. J'y suis allé moi aussi : j'ai passé près de 30 ans à Wall Street, où j'ai travaillé sur le desk trading actions chez Morgan Stanley et UBS. Désormais, après des années de 60 heures par semaine et des trajets épuisants, je fais ce que font tous les meilleurs traders : consultant à temps partiel. Oubliez la retraite : telle devrait être votre aspiration. Si du moins vous pouvez vous le permettre...

Le problème avec les carrières dans la banque d'investissement, la vente et le trading est que lorsque vous gagnez énormément d'argent, il est facile de se laisser emporter. À mesure que votre salaire augmente, vos dépenses augmentent elles aussi.

J'ai vu cela une première fois. Lorsque j'étais managing director (MD) chez Morgan Stanley, mes collègues achetaient des maisons de plus de 500 mètres carrés, prenaient des abonnements coûteux à des clubs de golf, sans oublier les divorces coûteux eux aussi. Il y avait beaucoup de nouvelles Ferrari et Lamborghini ainsi que des montres à 30.000 $, même si l'action de Lehman était proche de zéro. Ils ont été aveuglés parce qu'ils aimaient dépenser 500.000 $ par an. Quand ils ont perdu leur travail (comme nous l'avons tous perdu), cela a été un choc terrible. Beaucoup d'entre eux se démenaient pour rechercher des alternatives dans des banques moins prestigieuses.

Ce que vous devez vous rappeler, c'est que ce n'est pas parce que vous êtes MD que vous avez besoin d'un tel train de vie. Vous devez même vous en méfier...

Les personnes seniors dans les banques vous diront qu'elles ont besoin de l'adhésion au club de golf pour divertir les clients, tout comme le chalet de ski, la grande maison et le bateau, mais la plupart de ces dépenses ne sont rien de plus qu'une consommation ostentatoire. Le port d'une Rolex ne prouve pas à votre patron que vous avez plus de valeur. Du côté sell-side, l'équation est dangereusement simple : si votre contribution au résultat net de l'entreprise a été significative, vous restez. Le cas échéant, aucune montre, bateau ou voiture ne réussira à convaincre votre employeur de vous garder. Vous vous retrouverez alors dehors, coincé au milieu d'énormes factures d'American Express, un conjoint dépensier, et/ou d'énormes indemnités de pension alimentaire à verser.

C'est pourquoi, lorsque vous grimpez les échelons dans la banque, vous devez être discipliné. Ne vivez jamais au-dessus de votre salaire de base. Ne dépensez jamais le bonus de cette année - pas même un centime de celui-ci. Cachez-le jusqu'à ce que vous perceviez le bonus de l'année prochaine, puis cachez-le de nouveau ou bien dépensez-le une bonne fois pour toutes. Si vous dépensez tout votre salaire pendant l'année mais que vous investissez ou épargnez le gros du montant de chaque bonus, alors vous vous y retrouverez.

Cela ne signifie pas que vous devez vivre comme un ermite. La première maison peut générer un trou dans votre budget parce que vous êtes jeune et que votre famille s'agrandit. Cependant, toute hypothèque additionnelle doit être payée avec votre salaire de base. Personnellement, j'avais fini de payer ma première maison avant de passer à la seconde, que j'avais fini de payer quand on m'a montré la porte de sortie. J'ai pu le faire car je n'avais pas encore touché à mon précédent bonus. Je conduis une Mercedes modèle 2006 que j'ai rachetée d'occasion en 2009. Elle coûtait à l'époque le même prix qu'une Camry neuve et faisait son petit effet quand je conduisais des clients quelque part.

Grâce à cette discipline, j'ai aujourd’hui la petite cinquantaine et je suis consultant. Je suis trop jeune pour arrêter de travailler et je ne me vois pas traîner dans la maison ou dans un club de golf toute la journée. Mes revenus ont pris une claque mais je m'en sors. Je peux me le permettre. Je fais partie de la gig-économie : j'ai approché quelques startups en phase de levée de fonds et parfois je vends mes compétences pour de l'argent. Encore mieux, les impôts me permettent de déduire un tas de dépenses, ce que je ne pourrais pas faire si j'étais simplement en retraite.

C'est pourquoi les ex-MD les plus raisonnables font du consulting. Le conseil est synonyme de «je suis sorti de la banque et j'ai survécu». Les MDs les moins raisonnables perdent pied lorsqu'ils reçoivent leur bon de sortie. Ils ont beaucoup de babioles, mais aucun plan de sauvegarde réel et recherchent désespérément tout ce qui va leur rapporter plus de 250k $. Si vous travaillez dans la banque aujourd'hui, vous pouvez toujours choisir le chemin que vous emprunterez le moment venu. Faites preuve de sagesse : la vie est beaucoup plus facile ainsi.

Stanley Danko est le pseudonyme d'un ex-managing director actions chez UBS qui a travaillé près de 30 ans à Wall Street.

Photo by Marc Kleen on Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...