Voici une raison pour laquelle les banques de la City pourraient préférer Paris à Francfort...

eFC logo
Hourglass and calendar

À l'approche du Brexit, il semble qu'un certain nombre de responsables RH de banques basées à Londres aient négligé un certain nombre de choses sur le marché du recrutement en Europe, et plus précisément en Allemagne. Car recruter à Francfort est tout sauf facile. Un oubli qui fait craindre que les recrutements n'aient pas lieu en temps voulu.

« Beaucoup plus de nouveaux employés doivent être embauchés ici sur place », relèveThore Behrens, chasseur de têtes chez Banking Consult à Francfort. D'après lui, malgré les contraintes de temps, les départements RH basés à Londres semblent prendre les choses trop à la légère. « Je suis très étonné ... beaucoup ne comprennent tout simplement pas qu'il n'est pas si facile de trouver du personnel ici ».

Au cœur du problème : les périodes de préavis en vigueur en Allemagne. Les contrats de travail allemands stipulent que les employés en poste ont trois mois de préavis à respecter. Dans certains cas, les délais peuvent même aller jusqu’à six mois.

La réactivité est de mise

Thore Behrens explique qu'à cela vient s'ajouter une complexité à laquelle les recruteurs basés en Grande-Bretagne ne sont pas habitués. « La plupart des banquiers de Francfort ont un préavis de trois mois à respecter dans le trimestre suivant leur départ », explique-t-il. Ainsi, les personnes qui démissionnent fin décembre ne pourront commencer que le 1er avril. Et si les banques passent à côté de ces candidats, elles devront ensuite parfois patienter jusqu'au... 1er juillet.

Dans ces conditions, la réactivité est essentielle et parmi ceux qui connaissent bien le marché allemand, ce manque d’empressement est surprenant. Mike Boetticher du cabinet de chasse Match à Francfort indique que les responsables RH basés à Londres semblent présumer que Francfort est similaire à la City.

« Ils doivent d'abord faire l'expérience que tout est plus compliqué ici, que les délais de préavis sont plus longs et que la volonté de déménager est plus faible », relève-t-il. « Ils disent souvent : dans une semaine, je serai à Francfort. Ce serait bien si je pouvais rencontrer un ou deux candidats ». Sauf que ce n'est pas comme cela que ça se passe dans la capitale financière allemande.

Les délais mais pas seulement...

Thomas von Ciriacy-Wantrup, associé du cabinet de recrutement Fricke Finance & Legal, explique que ce n'est pas seulement une question de préavis : « Nous avons déjà participé à un entretien téléphonique où une banque avait invité trois consultants en recrutement différents », explique-t-il. « Ce qui est inimaginable en Allemagne car cela reviendrait à violer le principe même de confidentialité ».

En outre, les recruteurs de Francfort affirment qu’il sera difficile de trouver suffisamment d’experts en risques et en réglementation pour satisfaire les exigences de l'Autorité fédérale de supervision financière en Allemagne (mieux connue par l'abréviation BaFin) avant le 29 mars 2019. « Tout le monde recherche les mêmes profils avec la même expérience », note Thomas von Ciriacy-Wantrup. « Les banques nationales recherchent également ces profils car BaFin vient d'ordonner aux banques allemandes d'élargir leurs équipes d'audit interne ».

Selon lui, la demande est telle que les banques souhaitant pourvoir des postes devront bientôt proposer de fortes augmentations de salaire pour trouver du personnel. Il existe des exemples de professionnels de la conformité avec trois ans d'expérience qui se sont vus proposer 90k€ plus un bonus, chose impensable auparavant à Francfort. « Les banques sont disposées à payer de tels salaires juste pour avoir le personnel nécessaire », conclut Thomas von Ciriacy-Wantrup.

Paris a une carte à jouer...

Dans ce contexte, Paris pourrait tirer parti de sa rivale allemande. En effet, en France, les délais de préavis n’excèdent que rarement trois mois pour les cadres financiers et peuvent être même revus à la baisse en cas de rupture à l'amiable de leur contrat de travail. Qui plus est, le vivier de talents disponibles dans le bassin parisien est plus large qu'à Francfort.

« Le "talent pool" ou vivier en France est relativement important pour les établissements financiers cherchant à recruter des collaborateurs avec une expérience banque ou asset manager », rappelle Hannah Rossiter, experte franco-britannique de compliance et réglementation au sein du cabinet de conseil en évaluation financière Duff & Phelps. Reste à savoir si les recruteurs RH des banques de la City dont Francfort était le premier choix préféreront ou non se rabattre sur Paris...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : BrianAJackson / gettyimages

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...