Quel avenir pour les spécialistes titrisation et financements complexes en banque d’investissement…

eFC logo
Quel avenir pour les spécialistes titrisation et financements complexes en banque d’investissement…

Vous voulez travailler dans les financements complexes ? Vous feriez peut-être bien de postuler chez Natixis qui cette semaine a annoncé avoir arrangé une opération de titrisation rechargeable d’un montant de 380 M€ via un fonds commun de titrisation (FCT) effectuant de façon hebdomadaire des achats de créances de contrats de location conclus par Leasecom et NBB Lease spécialisés dans le financement locatif d’équipements pour les entreprises.

Ce n’est pas la première fois que la filiale de BPCE se lance dans ce genre d’opérations. L’an dernier, elle avait déjà annoncé le closing d’un CLO (Collateralized Loan Obligation) européen de plus de 300 M€. « Si les conditions de marché le permettent, nous avons l’ambition de lancer un CLO par an », expliquait alors Ibrahima Kobar, directeur général délégué de Natixis AM, en charge des gestions taux et actions (et désormais Global CIO chez Ostrum AM).

Depuis la crise financière de 2008, Natixis a été la première banque à relancer le marché de la titrisation en France en arrangeant et distribuant la titrisation de crédits automobile d’un montant de 450 M€ pour Socram Banque en 2011. Bien sûr, elle n’est pas la seule banque à intervenir sur cette ligne d’activité.

Pour preuve, les collateralized debt obligations (CDO) ont fait il y a presque deux ans de cela leur retour dans les grandes banques d'investissement américaines (Citigroup, Goldman Sachs, J.P. Morgan…) et françaises (BNP Paribas et SocGen). Plus de 10 ans après la crise financière, les produits accusés d'être responsables de la crise des subprimes ont évolué. 

La plupart des CDO synthétiques sont désormais plus courts, allant jusqu'à environ deux à trois ans au lieu de sept à dix ans, et sont indexés sur une large gamme de sociétés européennes et américaines. Surtout, il y a moins de banques impliquées dans l'échange de ces produits. Enfin, la réglementation post-crise a obligé les banques à provisionner davantage de capital face à ces transactions, encourageant les banques à répartir le risque entre les clients plutôt que de le conserver sur leurs propres books.

Des compétences disparues ?

« Les banques françaises disposent-elles encore des compétences nécessaires pour s'occuper des produits complexes et de la titrisation », s’interroge sous couvert d’anonymat un chasseur de têtes parisien spécialisé en banque de financement. Car beaucoup de ces spécialistes sont partis dans le sillage de la crise financière et se sont reconvertis dans d’autres activités quand ils n’ont pas purement et simplement quitté l’industrie bancaire.

Pas facile donc de dénicher les bons profils, et encore moins de les convaincre de remettre le pied à l’étrier. Et pour cause : « La réputation es CDO est si mauvaise qu'en cas de coup dur, le risque pour votre carrière professionnelle est bien plus important si vous êtes le responsable de l'achat d'un CDO synthétique que d'une obligation vanille », relève Ulf Erlandsson, gestionnaire de portefeuille chez le hedge funds Glacier Impact. Si vous êtes un spécialiste des financements complexes, c’est peut-être le moment de le faire savoir…

Surtout qu’il n’y a pas que les grandes banques à recruter ce genre de profil. Fin février, Zencap Asset Management a recruté Antoine Riolacci en tant que Chargé d’investissements en titrisation et financements spécialisés. Diplômé d’un Master en management à l’ESCP Europe, celui-ci a débuté sa carrière en 2011 dans le trading d’options chez Deutsche Bank puis comme analyste ABS chez Moody’s Investors Service et gérant de portefeuille d’ABS et CLO chez ACOFI et WYETREE AM. Un parcours dont vous pourriez vous inspirer.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...