Rentrée 2019 : quelles opportunités d'emploi selon les recruteurs en finance ?

eFC logo
Rentrée 2019 : quelles opportunités d'emploi selon les recruteurs en finance ?

Finies les vacances d'été...

Après un été plutôt calme sur le front des embauches en finance, à quoi le professionnel de la finance que vous êtes doit-il s’attendre en cette rentrée de septembre 2019 ? Pour le savoir, nous avons posé la question à plusieurs recruteurs en finance afin qu’ils nous dressent les perspectives à venir en matière de recrutements selon les différents secteurs.

« La galaxie bancaire est mue par des transformations d’envergure : exigences clients, réglementations, taux d’intérêt bas, nouvelles technologies, concurrence accrue », rappelle Olivier Coustaing, associé chez Alexander Hughes à Paris. « Les acteurs bancaires ont poursuivi cet été leurs stratégies d’amélioration de revenus et de gestion des coûts. Les nouveaux modèles en construction s’articulent autour de la relation client et de la digitalisation, valorisant notamment les fonctions front et IT ».

« Les perspectives de recrutement sont bonnes mais ciblées », poursuit le chasseur de têtes. « La pression concurrentielle et le renouvellement générationnel stimulent les besoins ». D’après lui, seront recherchés des professionnels qui, outre un savoir-faire métier, possèdent les aptitudes sociales et l’adaptabilité nécessaires pour évoluer, coopérer et créer de la valeur dans ces environnements exigeants et changeants.

Attentisme dans la BFI

Dans la banque de financement et d’investissement, « la tendance reste bonne », constate Christophe Laville, directeur associé banque & services financiers chez Morgan Philips Executive Search. « Les recrutements restent toujours ‘drivés’ par les thématiques règlementaires/risque et par les expertises rares et rémunératrices : dettes privées/infra/ Investment solutions ».

Cela dit, on ne peut pas à proprement parler de vagues de recrutements. « Les BFI sont attentistes en raison du Brexit, des nouvelles réglementations, des incertitudes géopolitiques au niveau mondial et des nouveaux travaux de la BCE et de la Commission Européenne sur la lutte anti-blanchiment de capitaux à l’échelle de l’Union Européenne », relèvent les auteurs de la dernière étude de rémunérations de PageGroup.

Si la place de Paris devient de plus en plus attractive et bénéficie de l’installation de l’Agence Bancaire Européenne et du retour d’expatriés travaillant sur les marchés financiers, « les incertitudes quant à l’issue du Brexit restent inchangées et ne permettent pas d’affirmer à long terme un réel apport pour la place parisienne », poursuivent-ils.

La Gestion d'Actifs au top

A la différence de la BFI, ce sont par vagues entières que les recrutements ont lieu dans la gestion d’actifs cet été. Après une relative accalmie au mois d’août, les recrutements repartent en septembre, en témoigne le recrutement par BlackRock de Sébastien Herzog en tant que directeur des opérations pour la France, la Belgique et le Luxembourg.

Et ce n’est vraisemblablement qu’un début. Si la croissance des sociétés de gestion a été fortement freinée par un quatrième trimestre 2018 boursier en net recul. « La loi Pacte, votée en 2019, doit permettre une accélération du marché », relèvent les recruteurs de Page Personnel.

En attendant, les asset managers continuent à optimiser l’organisation des fonctions supports et à bien maîtriser leurs structures de coûts. « Cela passe par l’externalisation de certains services, l’utilisation de Fintech pour accélérer le développement via une approche technologique ou l’utilisation de la Regtech pour diminuer les surcoûts engendrés par la sur-réglementation des derniers semestres », relèvent-ils.

L’Audit-Conseil en ébullition

Selon les recruteurs de PageGroup, les cabinets recrutent un volume considérable d’auditeurs afin de faire face à un turn-over important. Le report en 2021 de la loi Pacte laisse planer un doute sur les recrutements des plus petits cabinets. Et de faire remarquer que la croissance des Big Four n’est plus soutenue par leurs métiers d’origine que sont l’Audit et l’Expertise Comptable.

Depuis la crise de 2008, les véritables fers de lance de la croissance des grands cabinets sont les Financial Services. « Suite aux grandes évolutions réglementaires, les recrutements ne faiblissent pas malgré la fin des sujets Solvabilité II et Bâle III. Les connaissances RGPD (règlement général sur la protection des données) vont être la denrée rare pour les cabinets sur l’année 2019 ».

Autre fer de lance :  la Transformation Digitale et la Sécurité IT. « Nous notons depuis peu une réelle recrudescence des recrutements sur l’ensemble des secteurs. Les grands acteurs du marché cherchent à se digitaliser plus rapidement que leurs concurrents, et puisent donc largement dans les effectifs des grands cabinets de conseil spécialisés pour assurer leur transformation et attirer de nouveaux talents », concluent les recruteurs de PageGroup.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...