Un président de Big Four demande à ses consultants d’arrêter de se plaindre de leur temps de travail

eFC logo
Un président de Big Four demande à ses consultants d’arrêter de se plaindre de leur temps de travail

Quand l’humeur n’est pas au beau fixe pour diverses raisons, une parole malheureuse peut faire de gros dégâts. Bill Michael, le président de KPMG pour le Royaume-Uni, semble en avoir pris instantanément la mesure au moment même où les mots « arrêtez de vous plaindre » et « de jouer les victimes » ont franchi ses lèvres, durant une réunion virtuelle avec l’équipe financial services consulting. L’application qui permet aux employés de partager des commentaires en live a apparemment « cessé de fonctionner au moins pour certains employés » (ce que KPMG dément) ; mais seulement après que quelques-uns d’entre eux eurent saisi l’occasion de répondre, d’exprimer leur ressenti et de suggérer que la rémunération annuelle de leur patron – 1,7 million de livres, soit près de 2 millions d’euros – était forcément plus motivante que la leur.

Comme pour les banquiers, les premiers mois de l’année constituent souvent la haute saison pour les consultants, au moment du renouvellement des budgets chez les clients, où les dossiers en cours doivent être finalisés et où la chasse aux nouvelles opportunités commence. C’est la période de l’année où le temps de travail frise les niveaux délirants auxquels sont confrontés les associates en M&A, pour un salaire très inférieur dans le conseil. Sans compter que les consultants de KPMG s’inquiétaient déjà de possibles baisses de salaire, réduction des bonus, diminutions des cotisations employeur pour les retraites, et de la mise en place d’un nouveau système de mesure de la performance en mode forced ranking, C’eût été le bon moment pour évaluer l’état d’esprit de l’assistance, même en Zoom.

L’excuse a été quasi immédiate et apparemment sincère – « je suis désolé des mots utilisés, qui ne reflètent pas ce en quoi je crois, et j’ai présenté des excuses à mes collègues, » a déclaré Michael Bill un peu plus tard dans la journée. Et de fait, KPMG dispose de quelques preuves tangibles témoignant de l’intérêt qu’elle porte à ses équipes. Outre les « ressources pour la santé mentale » (qui comprennent apparemment la possibilité illimitée de prendre du temps pour les proches, ou encore l’app de pleine conscience – omniprésente), on note une avancée bien réelle : la baisse de 11% de la rémunération des partners, destinée à protéger l’emploi et à soutenir le recrutement de jeunes diplômés. Le cabinet a même organisé des « pods » pour permettre aux employés contraints de faire l’école à la maison de partager les ressources à leur disposition.

Peu importe la suite, le mal est fait - et sans doute pour longtemps. La déclaration de KPMG indiquait qu’il n’y avait « pas de plans » visant à réduire les cotisations de retraite, et que les bonus et promotions suivraient le cours « habituel », apparemment sans commentaires particuliers sur le nouveau système d’évaluation contesté. Ce type d’évaluation avec quotas imposés d’éléments sous-performants est toujours très controversé : essentiellement parce qu’il transforme clairement le système en un jeu à somme nulle, et que les employés le soupçonne, souvent à raison, d’être motivé par la limitation des primes liées à la performance.

Toute entreprise mettant en place ce type de système se doit de réfléchir aux conséquences sur le moral de ses employés. Cela ne peut se faire sans heurts que si elle a les moyens de s’appuyer sur une culture d’entreprise et un esprit d’équipe très solides. Quand les deux sont fragilisés, il est vital que les dirigeants calment le jeu et fassent en sorte que les employés se sentent respectés.

Crédit photo : Garett Mizunaka sur Unsplash 

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available.

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...