Le courriel ‘brutal’ d’un VP en banque à ses analysts

eFC logo
Le courriel ‘brutal’ d’un VP en banque à ses analysts

Si vous êtes VP (vice president) en banque d’investissement de nos jours, réfléchissez bien avant d’envoyer certains courriels.

Dans le nouveau monde de Goldman, celui d’après la fameuse affaire des 13, le genre d’emails vecteur de mécontentement qui n’aurait autrefois provoqué que quelques sarcasmes vengeurs s’étale aujourd’hui sur Instagram et au-delà.

Le dernier du genre aurait été diffusé vendredi dernier par l’un des VP d’une banque d’investissement américaine indépendante, excédé de voir ses juniors incapables de modifier un document de pitch conformément à ses annotations. Le choix des lettres capitales pour la plus grande partie de son message semble clairement révéler son agacement au plus haut point ; tout comme les répétitions telles que : « À L’AVENIR, NE VOUS ÉCARTEZ PLUS JAMAIS DES ANNOTATIONS. VOUS RAMIEZ SUR UN POINT ET J’AI DIT QUE JE METTRAIS UNE ANNOTATION. TOUT çA POUR QUE VOUS NE LA RESPECTIEZ PAS… JE N’AI PAS DE TEMPS À PERDRE. » [sic]

En apparence, les commentaires du VP paraissent plutôt fondés : si vous avez sous vos ordres une équipe d’analysts incapables de préparer un pitch et que vous les aidez en leur montrant exactement quoi faire, ce doit être frustrant de les voir ignorer vos commentaires. Pire encore, il semble qu’ils aient ajouté une page de pricing d’un autre deal, qui n’aurait pas due être intégrée. Le VP s’excuse même au début « de réagir au quart de tour. »

Malgré cela, et malgré d’autres courriels bien pires envoyés par le passé (par exemple l’email de PJT demandant pourquoi personne ne répondait aux messages à 3 heures du matin), celui-ci a fait son chemin jusqu’au forum Wall Street Oasis, où il est qualifié de « brutal ». – « C’est dément que ce soit encore courant dans ce secteur, » a commenté la personne qui l’a partagé. « Ce type a l’air d’avoir d’un ego invraisemblable, » commente l’un des lecteurs.

Conséquence logique : les attentes en termes de communication entre VP et analysts sont montées d’un cran. Par les temps qui courent, même si les analysts se plantent, leurs supérieurs sont supposés se montrer compatissants. Dans le cas contraire, lesdits supérieurs pourraient bien se retrouver sous le feu de la censure publique.

De quoi faire peser un stress supplémentaire sur les VP, eux-mêmes soumis à des horaires difficiles. Ils doivent gérer des directors et managing directors irascibles tout en manœuvrant avec tact une équipe d’analysts et associates épuisés et qui se sentent déjà mal aimés. Ce n’est pas tâche facile.

Le courriel de vendredi réfute également la notion que les banquiers juniors travaillent en toute autonomie sur des tâches intéressantes. « TOUT CE QUE JE VOUS DIS A ÉTÉ PESÉ même SI çA N’EN A PAS L’AIR, » écrit notre VP. FAITES ATTENTION ET FAITES CE QU’ON VOUS DEMANDE. C’EST TOUT – NI PLUS, NI MOINS. » Le véritable adage pour avancer dans la banque, c’est tout simplement : « Faites ce qu’on vous dit de faire. »

Crédit photo : Andre Hunter sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Close
Loading...
Loading...