Credit Suisse décide de licencier tous ses mauvais éléments

eFC logo
Credit Suisse décide de licencier tous ses mauvais éléments

Rarement un groupe de personnes lésées a dû se sentir aussi apprécié. Après avoir réduit les coûts et les effectifs au sein de son activité Global Markets ces dernières années, Credit Suisse recrute aujourd’hui à nouveau certains de ses employés débarqués par le passé, et cette fois à des salaires élevés.

C’est ce qu’en disait le Financial Times vendredi, qui rapportait que les nouveaux recrutements s’effectuaient surtout en risque, où l’ancienne responsable Lara Warner, licenciée en avril après les pertes de 5,5 milliards de dollars dues à la faillite d’Archegos, avait soumis les gestionnaires du risque aux technologues et brouillé la filière de remontée d’informations en gestion du risque. 40% des managers seniors de Credit Suisse en étaient partis dans les deux années précédant la panique Archegos.

Lara Warner partie et son remplaçant – David Wildermuth, en provenance de Goldman Sachs – ne devant entrer en poste que l’an prochain, Credit Suisse aurait décidé, selon le FT, qu’il lui fallait rappeler certains de ses employés en risque autrefois débarqués. De toute évidence, personne ne reviendra sans incitation, c’est pourquoi des salaires à la hausse sont à l’ordre du jour en guise de motivation.

Parmi ceux qui ont été convaincus de revenir, on compte à ce jour Valeriu Bajenaru, Global Head of Enterprise Risk Management, parti de Santander en début d’année. D’autres recrutements seraient en cours. En l’absence de David Wildermuth, les revenants seront apparemment sous la direction de Joachin Oechslin, ancien risk officer rétrogradé pour laisser la place à Lara Warner et qui bénéficie aujourd’hui d’un retour en grâce. Dans le même temps, les éléments ‘incompétents’ identifiés par le rapport sur les manquements de Credit Suisse se dirigent vers la sortie ; avec parmi eux Ralf Hafner, Chief Risk Officer de la banque d’investissement.

Alors que le FT se concentre sur le retour des employés du risque de Credit Suisse, notons que d’autres recrutements visant à faire revenir d’anciens employés ont également lieu dans d’autres secteurs. Le président du conseil d’administration Antόnio Horta-Osόrio a rappelé Jessica Kaffren de chez HSBC pour la nommer Chief Operating Officer sous son mandat ; elle avait passé 11 ans chez HSBC jusqu’en 2016. Indrajit Bardhan, professionnel du prime brokerage licencié de chez HSBC il y a trois ans, a également été rappelé sur une base contractuelle pour résoudre divers problèmes et réduire la taille de l’activité prime brokerage.

Tout ceci fait inévitablement penser au sentiment de revanche qui doit poindre chez les employés de Credit Suisse rappelés avec de plus gros salaires, alors que leurs supérieurs qui les avaient licenciés prennent aujourd’hui la porte avec la perspective de voir leurs bonus récupérés par la banque. Comme nous l’avons évoqué la semaine dernière, c’est aussi une leçon pour les autres banques en phase de restructuration : la réduction des effectifs peut n’être qu’une économie de façade, surtout si elle est motivée par des raisons politiques et qu’elle implique des employés seniors récemment promus dans les licenciements de quiconque serait susceptible de présenter un risque pour leur autorité.

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...