« Bizarrement, il m’a été assez facile de quitter mon job en banque »

eFC logo
« Bizarrement, il m’a été assez facile de quitter mon job en banque »

Shahzad Younas est passé par la finance et il a aujourd’hui une occupation plus noble : monter une licorne tech destinée à améliorer la vie des gens.

Cet ancien trader de portefeuille de Morgan Stanley est un magnat des sites de rencontres. Après son départ de Morgan Stanley en 2014, il a lancé Muzz, un site de rencontres pour la communauté musulmane. Muzz compte aujourd’hui 6,5 millions d’utilisateurs dans le monde, et 250 000 personnes se sont mariées grâce à la plateforme. « J’ai un impact sur la vie des gens, » déclare Shahzad Younas. « Certains de mes amis ou des membres de ma famille ont trouvé leur partenaire via Muzz. »

Muzz est aussi un succès financier : soutenu en 2017 par Y Combinator, la plateforme a levé 9 millions de dollars pour son expansion à l’échelle internationale. « Notre objectif est de devenir une licorne, » ajoute Shahzad Younas. « Et nous évoluons dans ce sens. »

À sa façon de raconter l’histoire, on devine que Muzz est un heureux accident. Après un diplôme en informatique obtenu à l’Université de Manchester, Shahzad Younas décroche un job dans la division actions de Morgan Stanley, d’abord comme trader ventes algo, puis comme trader de portefeuille. Muzz était un projet parallèle, créé de toutes pièces pendant son temps libre, et qui a réussi un peu contre toute attente. « Les musulmans n’enchaînent pas les conquêtes, ils se marient, » explique-t-il en reprenant l’accroche de Muzz. « Je suis moi-même musulman pratiquant ; je voulais aider les gens pressés par l’obligation religieuse de trouver leur partenaire, et monter une plateforme tournée plus vers le mariage que vers les seules rencontres. »

Shahzad Younas a quitté la banque avec une rémunération annuelle à six chiffres (il ne souhaite pas être plus précis, mais plus de 250k £, soit plus de 330k € à l’époque), et il était en passe d’être promu executive director ; mais le choix fut facile. « Bizarrement, quitter Morgan Stanley n’a pas été un crève-cœur, » raconte-t-il. « Mon cœur n’était déjà plus là. J’avais l’impression de gâcher ma vie, je ne voulais plus de patron et je voulais être seul responsable de mon destin. Je gagnais bien ma vie, mais c’était très prenant. »

Pendant deux ans, Shahzad Younas n’a rien gagné. Point positif : il avait des économies et pas de dettes. « Je n’ai jamais été très dépensier, et je n’avais pas d’état d’âme quant à la perte de salaire. J’avais mis de l’argent de côté parce que je ne savais pas quand j’aurais de nouveau un revenu, mais je croyais en moi et en ce que je pouvais réaliser avec Muzz. »

Aujourd’hui, Muzz est déjà rentable. Shahzad Younas est de retour de New York, où il vient d’ouvrir un bureau, et il repart en Turquie dans quelques semaines. Il emploie 65 personnes dans le monde et continue d’embaucher. « J’ai toujours été poussé par le désir d’être le meilleur, quel que soit mon job, » avoue-t-il. « Je voulais être le meilleur trader, mais aujourd’hui, je monte quelque chose qui a un sens, et j’en suis très fier. »

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

​​​​​Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close