L’heure de vérité pour les bonus des traders dérivés malaimés de SocGen

eFC logo
L’heure de vérité pour les bonus des traders dérivés malaimés de SocGen

C’est aujourd’hui jour de bonus chez Deutsche Bank, après le tour de SocGen hier – la banque d’investissement française jadis renommée pour son excellence en dérivés actions.

L’enthousiasme de SocGen pour les dérivés actions a été douché l’an dernier, lorsque les activités de marché et services aux investisseurs de la banque ont affiché une perte de 415 millions d’euros au premier trimestre, suivi d’une perte supplémentaire de 27 millions d’euros le trimestre suivant. Coupable tout désigné : les dérivés comme les autocalls – des produits d’épargne sur plusieurs années qui peuvent comprendre des options complexes intégrées destinées à booster les rendements investisseurs – qui ont souffert à la suspension des dividendes au début de la pandémie.

En août, SocGen déclarait n’être plus particulièrement intéressée par ce type de produits à risque. En novembre, elle annonçait la suppression à venir de 640 postes, principalement dans son activité dérivés actions, sans départs contraints mais par le biais de départs volontaires.

Ces suppressions de poste sont toujours d’actualité. SocGen a confirmé lors de l’annonce des résultats du quatrième trimestre en février dernier que la restructuration de son activité dérivés actions était « en cours ». Selon certaines sources, la banque aurait récemment licencié au moins trois quarts des effectifs d’un desk vente de dérivés actions qui comptait six personnes à New York. « La banque n’a plus l’air trop engagée dans les dérivés actions, » confiait une source interne.

SocGen contesterait sans doute. Sollicitée pour commenter cet article, elle n’a pas souhaité s’exprimer, mais il se murmure que les licenciements aux Etats-Unis ne seraient que de simples ajustements et que l’activité dérivés actions aux US serait plutôt florissante. L’Europe en revanche pourrait poser problème : d’après certains chasseurs de têtes, les meilleurs talents de SocGen en dérivés actions chercheraient à partir - en cause, la perception selon laquelle la banque aurait aujourd’hui une moindre appétence au risque que par le passé. Certains ont déjà franchi le pas – Thierry Marcolivio, ancien Head of Cross Asset Solutions Sales – Institutional Clients pour les clients italiens, a rejoint UniCredit en décembre ; Sébastien Cortez, ex Global Head of Algo Execution and Quantitative Market Making était parti pour Jump Trading le mois précédent.

Tout ceci a contribué à rendre cette journée de bonus d’hier chez SocGen doublement importante. Une issue négative pour la totalité de l’activité dérivés actions serait perçue en interne comme un signal – celui d’aller proposer ses talents ailleurs. Pour les chasseurs de tête, il en faudrait peu pour en arriver là : « beaucoup de gens semblent avoir envie de partir, » confie l’un d’entre eux.

Crédit photo : Photoholgic sur Unsplash 

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Close
Loading...
Loading...